La responsable de la stratégie pour Oracle Red Bull Racing, Hannah Schmitz, travaille pendant le Grand Prix de Formule 1 de Belgique.
© Mark Thompson/Getty Images/Red Bull Content Pool
F1

Qui est Hannah Schmitz, la stratège d'Oracle Red Bull Racing ?

Découvrez la responsable stratégie qui aide Max Verstappen et Sergio Pérez à briller sur les circuits de F1.
Écrit par Joe Batchelor
Temps de lecture estimé : 5 minutesPublié le
Si Hannah Schmitz parle avec les paumes tournées vers le bas, vous pouvez être certain(e) qu'une décision importante s'apprête à tomber. Et qu'elle pourrait même changer l'issue du championnat de F1.
Il s'agit là d'une technique employée par la responsable stratégie d'Oracle Red Bull Racing pour rester ultra-concentrée dans le feu de l'action. Il faut dire que lors d'un Grand Prix, Schmitz et son équipe calculent et analysent des milliards de données tout en simulant des scénarios pensés pour anticiper tout ce qui pourrait se passer au fil du week-end.
Souvenons-nous par exemple des très bons choix effectués lors des courses estivales (comme l'undercut du Grand Prix de France) ou du GP de Monaco, lors duquel Hannah et les siens avaient défini le plan d'arrêt au stand qui avait finalement permis à Sergio Perez de l'emporter et à Max Verstappen de monter sur le podium. Une démarche audacieuse applaudie par le Dr Helmut Marko : "Nous avons tous été exceptionnels, mais si nous avons gagné, c'est surtout grâce à Hannah."
Autant de hauts faits qui nécessitent adaptabilité et rapidité d'exécution, mais viennent aussi avec une énorme dose de pression et d'adrénaline... qu'elle sait apprécier.
"Prendre une décision en une fraction de seconde est incroyablement excitant" explique Hannah. "Ensuite vous avez peut-être une vingtaine de secondes devant vous pour voir si cette décision a porté ses fruits. Soit une éternité en course."
Qu'il s'agisse du nombre d'arrêt, des stratégies d'attaque ou de maintien de la vitesse ou encore du type de pneus à utiliser, tous les aiguillages suggérés par l'équipe d'Hannah sont basées sur un grand nombre de données.
"Prendre une décision en une fraction de seconde est incroyablement excitant."
Hannah Schmitz
Le problème ? Aucune montagne de data ne peut totalement vous préparer à ce qui passe lors d'un GP marqué par des drapeaux rouges et jaunes, des accidents, des pénalités et une météo aléatoire.
Autant dire qu'une concentration maximale est exigée en permanence : "Je crois que la capacité à rester calme est l'une des qualités les plus importantes d'un(e) stratège" renchérit Hannah. "On m'a donc conseillé un jour de tourner mes paumes vers le bas, pour apporter plus de clarté et d'autorité à mes propos."
Le matin d'une jour de course standard, Schmitz participe à des "réunions" qui sont délibérément conçues pour ressembler davantage à des discussions avec les pilotes, les ingénieurs de course, Adrian Newey et Christian Horner afin d'examiner les plans de course.
Que se passe t-il derrière les portes de la salle d'opération de l'écurie F1 Aston Martin Red Bull Racing pendant un Grand Prix de Formule 1 ?
Dans le saint des saints, à Milton Keynes
Puis, Hanna prend place dans les stands ou dans la salle des opérations dernier cri de l'écurie à Milton Keynes, en alternance avec le chef des stratégies de course Will Courtenay.
Si la mission reste la même partout où Hannah s'installe, son rôle change malgré tout en fonction des lieux. Lorsqu'elle est sur le "pit wall", elle prend ainsi (plus) directement en compte ce qui se passe sur le circuit.
En tant que stratège, vous devez dire à de nombreuses personnes ce qu'elles doivent faire et elles doivent vous écouter.
Hannah Schmitz
Dans "l'Opérations Room", une équipe de stratège effectue calculs et simulations en direct pour mieux fournir toutes les données exploitables au membre de l'équipe présent dans les stands, afin qu'il/elle puisse prendre la meilleure décision possible avec les ingénieurs de course.
Comme le révèle Schmitz, la salle de contrôle façon NASA a changé la donne. "Nous pouvons écouter la radio de chaque équipe, regarder toutes les images embarquées, analyser les chiffres en détail et les transmettre aux stands en quelques secondes. C'est comme si nous étions dans la même pièce. Il n'y a pas de délai."
Dès son plus jeune âge, Hannah s'est intéressée aux voitures et à leur fonctionnement. Un hobby qui s'est rapidement transformé en une passion pour l'ingénierie à l'école. Elle a ensuite obtenu un master en génie mécanique à l'université de Cambridge avant de rejoindre Red Bull Racing en tant que stagiaire en 2009.
Il lui a ensuite fallu du temps pour acquérir la confiance nécessaire. Ce qui, espère-t-elle, ne sera pas le cas pour les femmes qui marcheront dans son sillage demain. "Je pense qu'au départ, beaucoup de gens n'ont peut-être pas confiance en vous pour faire le boulot" explique-t-elle.
"En tant que stratège, vous devez dire à de nombreuses personnes ce qu'elles doivent faire et elles doivent vous écouter, donc il faut vraiment s'appuyer sur une confiance qui est, je pense, plus difficile à établir en tant que femme. Mais j'ai désormais obtenu ce respect et j'espère que d'autres jeunes femmes qui veulent se lancer dans ce sport verront que c'est possible. C'est ainsi que nous verrons plus de diversité."
Hannah a été placée sous les feux des projecteurs lors du Grand Prix du Brésil en 2019, après avoir demandé à Max Verstappen de rentrer une troisième fois aux stands en sachant que cela lui coûterait - initialement - la tête de la course.
Après la victoire du Hollandais, Schmitz avait ainsi été invitée à monter sur le podium à ses côtés pour brandir le trophée des constructeurs.
"C'était un moment très spécial et l'apogée de ma carrière", révèle-t-elle. "En fait, je venais juste de revenir au travail après avoir eu mon premier enfant et ça m'a permis de prouver que j'étais toujours là et que je pouvais travailler correctement. C'était tout simplement une expérience incroyable."
Hannah Schmitz brille aussi au Brésil
Hannah Schmitz brille aussi au Brésil
Au cours de ses 13 années au sein d'Oracle Red Bull Racing, elle a travaillé avec la majeure partie des pilotes historiques de l'écurie et prend actuellement plaisir à collaborer avec - et à répondre aux questions de - Checo Pérez et Max Verstappen, qui sont tous deux totalement déterminés à comprendre les stratégies qui leur sont présentées. Celles qui, jusqu'ici, ont porté leurs fruits.