Kilian Bron grimpe et descend en VTT le volcan Chachani au Pérou et au sommet à plus de 6000 mètres.

Kilian Bron, à la conquête d'un volcan péruvien en VTT

© Pierre Henni & Julien Prenez

Dans le deuxième épisode de sa web-série baptisé "MISSION", Kilian Bron se rend au Pérou. Sur le volcan Chachani, avec un objectif : grimper et descendre un sommet à plus de 6000 mètres en VTT.

Après un premier épisode sur les pentes de la plus haute dune du monde, je vous emmène aujourd'hui 3 fois plus haut, à environ 6100 mètres. Une deuxième mission au Pérou à la conquête du volcan Chachani en VTT.

Kilian Bron descend le volcan Chachani au Pérou en VTT, dans le deuxième épisode de "MISSION".
Kilian Bron, au Pérou

Nous voici sur la place centrale d'Arequipa, à contempler les deux imposants Misti et Chachani, cachés derrière la Cathédrale. Au milieu d'une masse de touristes venus admirer le plus imposant édifice religieux du Pérou, notre regard se porte bien plus loin, jusqu'au sommet des deux fameux volcans.

Deuxième mission du rider Kilian Bron au Pérou à la conquête du volcan Chachani en VTT.
Kilian Bron, solide comme un roc

Je rêve depuis des mois de pouvoir rouler un sommet à plus de 6000 mètres en vélo. Et je m'apprête dans 2 jours à tenter l'ascension en compagnie de Pierre Henni, caméraman et Julien Prenez, photographe et vacancier à temps partiel. La même équipe qui m'épaulait pour le Cerro Blanco.

Commençons par un sujet essentiel qui est l'acclimatation. On ne gravit pas un sommet à cette altitude sans avoir passé un minimum de temps en altitude. L'oxygène se fait rare en grimpant et il est nécessaire de préparer son corps à ce type d'effort. C'est chose faite après avoir passé presque 10 jours sans jamais redescendre plus bas que 3000 mètres. Nous avons d'ailleurs profité des paysages et trails magnifiques aux alentours de Cusco pour préparer au mieux notre nouveau projet.

Chacun a eu le droit à son épisode du mal des montagnes, se traduisant par des nausées et maux de tête, mais le jour J approche et nous sommes enfin prêts.

Kilian Bron a grimpé et descendu le sommet de plus de 6000 mètres du volcan Chachani au Pérou.
Kilian Bron ride les sentiers péruviens

Le Chachani n'est pas réputé pour être un 6000m difficile dans de bonnes conditions, c'est à dire sans neige au sommet et sans avoir un vélo à porter. Mais nous nous adaptons à la météo du moment et pour vous en dévoiler un peu, il y a aura bien de la neige et du vent... Une vraie mission, comme on les aime.

L'ascension se divise en deux étapes. La première consiste à rejoindre le camp de base à 5200 mètres pour y passer la nuit. Souhaitant réaliser l'ensemble en autonomie, j'embarque avec moi une bonne dose de matériel :

  • Mon vélo : Intense Tracer = 14 kgs
  • Sac Bivouac : Tente, Duvet, matelas, Doudoune, nourriture, 3L d'eau, frontale = 15 kgs
  • Sac vélo : Crampons, guêtres, outils, 1,5L d'eau, une RedBull, des barres énergétiques, couverture de survis, téléphone, matos GoPro, gants et veste de rechange = 12 kgs
  • Vêtements portés = 8 kgs
  • Kilian = 75 kgs

Soit environ 124 kgs au départ pour le camp de base. Le dénivelé n'est pas important pour le rejoindre et je sais d'avance qu'il me faudra moins de 2h pour y parvenir, en prenant de la marge. J'évite juste de me mettre dans le rouge en prenant mon temps dans les traversées parsemées d'énormes blocs rocheux. 

Le Kilian Bron en VTT sur les sentiers du volcan Chachani au Pérou, dans l'épisode 2 de MISSION.
Kilian Bron dévale les pistes péruviennes

On se sent d'ailleurs tout petit au milieu de ce décor lunaire. Ces blocs correspondent a de très anciennes éruptions et je peux vous l'assurer, c'est rassurant de savoir que notre bon vieux Chachani est endormi depuis plusieurs siècles.

Pour l'anecdote, nous avons eu le droit à un tremblement de terre à Arequipa. Fait commun pour un Péruvien qui vit toute l'année au milieu de la Cordillère des Andes, mais beaucoup moins pour un Français. Un épisode qui nous met dans le bain et qui nous rappelle à quel point, et je le répète souvent, nous ne sommes rien.

Dans sa web-série "MISSION", le ride de VTT Kilian Bron grimpe jusqu'au sommet d'un volcan au Pérou.
C'est pas le Pérou ?

La fatigue se fait vite ressentir avec l'altitude mais le camp de base est grand luxe. Quelques surfaces planes pour poser les tentes, un toilette abrité du vent par quelques rochers et une vue magnifique (qu'on devinerait presque à travers une brume épaisse).

Il est 18h, le temps d'avaler un peu de riz avant de se coucher. Avec un réveil à minuit, la nuit s'annonce de toute façon très courte. C'est l'heure à laquelle je me couche habituellement et l'altitude n'arrange rien... On ne parle pas de sommeil mais de repos pour attaquer l'ascension de nuit dans de bonnes conditions.

Le campement du champion français de VTT Kilian Bron en mission sur le volcan Chachani au Pérou.
Des meilleurs campeurs que Giroud

Heureusement pour nous, la nuit a été chaude. Entre 0 et -4°, juste de quoi geler la tente et mon vélo. J'avais prévu du matériel chaud et hormis les extrémités pieds et mains, je m'en sors plutôt bien. Allégé du matériel du camp de base, l'ascension attaque à une allure très modérée, comme si la nuit de sommeil se prolongeait.

Nous maintiendrons ce rythme pour ne pas se griller d'entrée de jeu. En ce qui me concerne, j'ai commencé à lutter autour des 5800 mètres, après avoir chaussé les crampons et m'être mis en fin de cordée. Je devais d'une main pousser mon vélo dans la neige et de l'autre maintenir la corde assez haute pour éviter qu'elle ne s'emmêle dans le vélo. Le tout en me concentrant sur ma technique de marche et en bougeant constamment mes mains et pieds pour les maintenir à température. La vraie MISSION !!

Le champion français de VTT Kilian Bron a du porter son vélo sur une bonne partie de la mission.
Kilian a du porter son vélo sur une bonne partie de la mission

J'ai douté, j'y ai cru et je doutais encore... Je sentais clairement les effets de l'altitude mais je me motivais à travers le dénivelé qu'il restait. À 5800 mètres, je me disais : « Tiens le coup Kilian, c'est comme si il te restait une Tour Eiffel à monter. C'est rien une tour Eiffel, tu ne vas quand même pas faire demi-tour ou laisser le vélo ici ! »

Je pensais aussi aux costauds en alpinisme à plus de 8000 mètres... Ca faisait un peu le yoyo dans ma tête, mais la crête du sommet et la lueur du soleil m'ont bien remis dedans.

MISSION : Kilian Bron lors de sa descente en VTT sur la neige du volcan Chachani au Pérou.
Une descente magnifique sur la neige péruvienne

Je savais qu'à l'approche de la crête, il ne me restait plus qu'une bonne demi-heure pour valider le sommet. Et sauf défaillance foudroyante de ma part ou celle de l'équipe, nous y arriverions.

J'aurai aimé vous dire avoir apprécié le sommet autant que j'ai pu le rêver. Mais il faisait froid, environ -15 degrés, et j'étais d'avantage focalisé sur la préparation de la descente en vélo.

Nous n'avons pas triché, ça roulait depuis le sommet même, à 6075 mètres exactement ! Dans une neige relativement dure et exigeante mais ça roulait ! Forcément de manière moins lucide qu'au niveau de la mer mais il fallait s'y attendre...

Le rider français Kilian Bron avec son VTT au sommet du volcan Chachani au Pérou dans MISSION.
Un high-kick du rider français

Je roule maintenant en étant rigide et fatigué sans pour autant prendre de risques. Je sais ce que je fais et c'est le principal dans ces situations. 95% de la descente passe sur le vélo entre neige, glace, rochers et immenses pentes sableuses.

Plus bas, toute l'équipe reprend des forces avec un soleil qui fonctionne et qui chauffe, nous permettant de faire quelques belles images au calme, dans un cadre majestueux. Tandis qu'en levant la tête, nous distinguons encore le sommet se laissant progressivement recouvrir par les nuages.

En VTT avec Kilian Bron dans les rochers du volcan Chachani au Pérou dans la web-série MISSION.
Kilian Bron dans les imposants rochers péruviens

Nous avons eu notre créneau météo et nous l'avons exploité au maximum. Et nous pouvons maintenant le dire : MISSION accomplie ! Monter et descendre un sommet à plus de 6000 mètres en VTT.

Suivez les aventures de Kilian Bron sur Instagram