Le surfeur brésilien Carlos Burle prend une grosse vague en surf près de Wakayama au Japon en septembre 2006.
© Nathan Smith/Red Bull Content Pool
Surf

Les plus belles vagues du Japon selon Hiroto Arai

Quand l'un des meilleurs surfeurs nippons passe en revue les spots de surf les plus cools du Japon.
Écrit par Brian Roddy
Temps de lecture estimé : 2 minutesPublié le
Découvrez les meilleurs spots de surf du Japon avec le surfeur Hiroto Arai.

Lineup au Japon

© Brent Bielmann

Oui le Japon est le pays du soleil levant, mais l'un de ses plus beaux astres s'appelle Hiroto Arai. Un homme de 25 ans qui fait partie des meilleurs surfeurs du pays de Kanoa Igarashi, et donc précisément le genre de rider à qui on a envie de demander des tips sur les vagues de sa terre natale. D'ailleurs, on l'a fait.

6. Izu Shirohama

« J'adore ce spot ! C'est un beach break qui me rappelle le genre de vagues qu'on trouve en Australie. En plus, la plage de sable blanc est super belle. C'est une excellente raison de quitter Tokyo, surtout s'il y a un gros swell et un bon banc de sable.»

5. Kitaizumi (Fukushima)

« C'est un beack break avec un gros mur de béton au bout de la plage, qui propose une belle gauche. Avant, j'y allais trois ou quatre fois par an, mais ce n'est plus vraiment possible depuis le tremblement de terre.»

4. Nijima (Habushi Beach)

« Nijima est une île au large de Tokyo, entourée d'une eau ultra-cristalline. Avec le bon swell, elle affiche une belle puissance océanique. Bien brute.»

3. Miyazaki (Southern Japan)

« Ichiyumi Point est une très bonne vague. C'est reef break marrant qui propose à la fois des droites et des gauches en fonction du swell. On parle généralement de gros murs avec quelques barrels. C'est aussi une vague qui fonctionne bien avec un swell de typhon.»

2. Chiba Wada, Ohara

« C'est un beach break vraiment fun et régulier que je surfe beaucoup quand je suis au Japon. C'est là que tous mes amis et ma famille vont, donc l'ambiance est géniale.»

1. Amami Oshima (Kagoshima)

« On parle d'un slab de première catégorie avec un gros take off qui se brise sur une sorte de plate-forme rocheuse. C'est tout simplement ce qui se rapproche le plus d'un Pipeline japonais.»