Surf15 minutes

La libération de Michel Bourez

Mi-mai, Michel Bourez se déconfinait en beauté lors d'une session de folie chez lui, à Tahiti. Le résultat est à voir en vidéo, et le surfeur français nous en dit un peu plus ici !
Écrit par Red Bull FrancePublié le
Trois mois après avoir repris le surf chez lui, à Tahiti, le surfeur polynésien Michel Bourez savoure encore.
Michel Bourez, le monde à la nage
« C’était magnifique ! ». Trois mois après avoir repris la planche en sortie de confinement, Michel Bourez savoure encore. Il faut dire que le prince du surf francophone, qui n’avait pas passé plus de 6 mois chez lui depuis 18 ans, sortait d’un séjour compliqué à domicile : « J’ai eu l’impression d’être emprisonné. Je sais que tout le monde a ressenti ça, mais j’habite au bord de l’eau, et voir des vagues sans avoir le droit de les surfer, c’est dur ! » Dur, certes, mais pas inédit pour lui : « Il y a deux, trois ans, je m’étais blessé lors d’une session à Teahupo’o et je n’avais pas pu surfer pendant 3 mois. Donc je connais… »
Alors, Michel Bourez a patienté. En faisait un peu de cardio avec sa femme et en essayant « de manger moins », mais il a patienté. « Et dès le premier swell après le déconfinement, on a décidé de faire cette vidéo. Les conditions étaient géniales, même s’il y avait beaucoup de monde dans l’eau, et j’ai pris beaucoup de plaisir. J’ai retrouvé mes sensations assez rapidement, puisque je voyage beaucoup et je rate pas mal de sessions à Teahupo’o. Donc pour moi, y retourner et surfer direct, c’est assez normal. »
Mais hormis Teahupo’o, justement, Michel Bourez s’est aussi payé une petite session sur un second spot : « C'est une droite qui ne marche pas souvent. Un spot difficile à surfer parce qu’il faut sortir très rapidement de la vague, sinon tu finis sur le récif et tu te fais mal. Pour y aller, il faut que toutes les conditions soient réunies, et c’était le cas ! »
Pour garder le rythme, même si la saison 2020 du CT est annulée, Michel Bourez fait du surf deux heures par jour minimum à Tahiti.
Michel et ses outils de travail

De la boxe, les JO et une attaque de requin

Si la saison 2020 du CT a été annulée et que la suivante ne pourrait reprendre – pour le moment – qu’en décembre, Michel ne s’est pas reposé sur ses lauriers après la vidéo (que l’on vous invite à aller regarder en haut de l’article) : « J’ai fait de la boxe, un peu de MMA dans un club pas loin de chez moi, et deux heures de surf par jour minimum ! L’idée, c’est de garder le rythme »
Mais ce n’est pas tout : l’enfant de Rurutu s’est aussi offert, début juillet, une belle virée en foil entre Tahiti et son île sœur Moorea (12 km de traversée). Enfin, belle, c’est une façon de parler : « Je me suis fait attaquer par un requin-marteau !" raconte t-il. Il est arrivé par derrière et a arraché un bout de mon foil avant de repartir. Je suis tombé à l’eau, je suis remonté… et il est revenu ! Il a attaqué mon fleuret, mais j’ai pu remonter sur le bateau suiveur. C’est la première fois que ça m’arrive. Bon après, l’aile ressemble une raie et elle fait du bruit, donc je comprends. »
Et quoi qu’il arrive, ce n’est pas un requin qui empêchera le tahitien de remplir ses missions : « Être champion du monde et aller aux JO 2024, qui se feront à Tahiti pour la partie surf et seront mon dernier grand objectif. Tout est faisable tant qu’on est forme et qu’on a envie ! » Bien dit, Michel.
Michel Bourez a pour objectif d'être champion du monde et d'aller aux JO 2024, qui se feront à Tahiti pour la partie surf.
C'est un tube, coco
Télécharge ici et gratuitement l’application Red Bull TV pour profiter de nos vidéos, directs et événements de musique et de sports extrêmes sur tous tes écrans !