Cyberpunk 2077
© CD Projekt Red
Games
2020, année singulière pour le jeu vidéo
2020 restera dans les mémoires, dans tous les domaines, y compris dans le jeu vidéo. Retour sur les éléments marquants qui ont marqué cette année “pas ouf”.
Écrit par Kere
Publié le
C’est bon, elle est terminée ? Vous êtes bien sûr ? Dernier coup d'œil rapide dans le rétro, histoire d’être tranquille. En effet ! 2020 est terminée, bien derrière nous, laissant place au nouveau cru 2021, qui *spoiler alert* ne s’annonce pas meilleur. Mais peu importe, savourons ce chapitre lugubre qui se termine. “2020, c’était moyen” et c’était tout sauf paisible. Dans le monde du gaming (oh yeah), l’année écoulée restera aussi à jamais gravée à l’encre pixelisée dans les annales vidéoludiques, car il s’est passé bien des choses, et notamment certaines qui n’étaient pas du tout attendues. Soyons sadiques (mais pas trop quand même) et plongeons nous dans la rétro, engagée et passionnée.
La sortie du jeu vidéo The Last of Us 2 est l'un des moments marquants de l'année 2020.
The Last of Us 2

Un Animal Crossing pour les gouverner tous

Début d’année, la pandémie s’installe, le confinement est décrété. Alors que le peuple est appelé à rester à la maison, celui-ci s’évade sur une île bucolique pour ramasser des coquillages, attraper des papillons, planter des arbres… Alors qu’il doit respecter la distanciation sociale, il va à la rencontre de ses voisins, discute, offre des trucs et se fait offrir des machins. Alors que les banques et commerces sont fermés, il enchaîne les crédits immobiliers, achète en ligne, organise un trafic de navets. Bref, le peuple joue à Animal Crossing New Horizons. Celui qui devait être le jeu phare de la Switch ne pouvait pas sortir à un meilleur moment. Le carton a été colossal et son sujet idéal : alors que nous étions plongés dans un monde anxiogène, il nous proposait abondance de mignoncité, de peace and love et de “ouah, tu as vu mes belles tulipes ?”. Le timing parfait.
Animal Crossing a été le jeu vidéo le plus vendu en 2020, aussi bien au Japon qu’en Europe et en Amérique du Nord. Il a largement contribué à la nouvelle énorme année de la Nintendo Switch.
Animal Crossing New Horizons
Si beaucoup ont quitté l’île du zen pour se manger le retour brutal du quotidien pandémique dans les prémolaires lors du déconfinement, le jeu a gardé une solide communauté, récompensée par un contenu régulièrement mis à jour. Le résultat est sans appel : Animal Crossing a été le jeu le plus vendu en 2020, aussi bien au Japon qu’en Europe et en Amérique du Nord. Il a largement contribué à la nouvelle énorme année de la Switch, console toujours la plus vendue, et ceci sans grosse nouveauté pour les fêtes. Le tout malgré l’arrivée des consoles next gen. Car oui, elles sont bien sorties.
Sans jeu vidéo star pour mettre la Xbox Series X sous les projecteurs, la nouvelle console next-gen de Microsoft a fait son bonhomme de chemin sans pousser tout le monde dans le ravin.
La Xbox Series X

La next gen coincée en précommande

2020 aura aussi été l’année de la next gen tant attendue. Elle est arrivée, ça oui, mais son atterrissage ne s’est pas effectué comme prévu.
Côté Microsoft, les stocks ont davantage répondu à la demande, sans pouvoir satisfaire tout le monde, mais le public s’est un peu perdu dans les différents modèles, leurs noms et offres du Game Pass, la priorité de la firme américaine. Sans jeu star pour mettre la nouvelle machine sous les projecteurs, la nouvelle Xbox a fait son bonhomme de chemin sans pousser tout le monde dans le ravin.
On ne peut pas en dire autant de la Playstation 5, dont la précommande a été un casse-tête monumental pour les très nombreux joueurs qui la voulaient absolument à la sortie. Le Jour J, même le site français du leader mondial de la vente en ligne était en PLS quand, à 13 heures, de sombres rumeurs d’une mise en vente du stock se sont répandues sur la toile. Sony a de quoi être aux anges : sa console a signé un meilleur démarrage que les précédents modèles, mais la demande était telle, les difficultés de production (liées à la pandémie notamment) immenses, qu’une très grande partie des joueurs sont encore dans l’attente de leur PS5.
De fait, pour beaucoup, même si la next gen est sortie, elle reste encore une aventure lointaine qui se conjugue au futur, et les choses ne sont pas parties pour s’arranger dans l’immédiat.
La console next-gen PlayStation 5 de Sony a signé un meilleur démarrage que les précédents modèles, mais la demande était telle, que beaucoup de joueurs sont encore dans l’attente de leur PS5.
La Playstation 5

Final Fantasy VII Remake, succès discret

Dire que le remake de FFVII était attendu est un doux euphémisme. Longtemps espéré, notamment lors de chaque E3, le remake est devenu réalité et a vite enflammé la toile à chacune de ses apparitions : son annonce bien évidemment, ses trailers, sa date de sortie, etc. Arrivé en début d’année 2020, dans une période délicate, le jeu a été salué, autant par la presse que par le public, avec de jolies ventes à la clé. Puis le silence s’est fait, assourdissant. La période d’exposition médiatique du jeu fut étonnamment brève. Son format, épisodique, y est peut-être pour quelque chose. Le fait qu’il parlait surtout à des joueurs d’une autre époque aussi certainement. Des joueurs qui l’ont rapidement terminé. Mais FFVII Remake a aussi été victime de notre temps, celui où l’attente fantasmée fait tant parler, celui où l’on passe d’un objet d’adoration à un autre à toute vitesse. Éclipsé par Animal Crossing puis The Last of Us 2, le remake est tombé dans l’oubli. On est bien loin de l’effet produit par le jeu initial sorti sur Playstation en 1997 / 1998, lui qui avait tant marqué sur la durée ses millions de joueurs passionnés.
Arrivé en début d’année 2020, le jeu vidéo Final Fantasy VII Remake été salué, autant par la presse que par le public, avec de jolies ventes à la clé. Puis le silence s’est fait, assourdissant.
Final Fantasy VII Remake

The Last of Us 2, jeu de l’année discuté

Au moment des bilans sur l’année écoulée, The Last of Us Part II a très souvent décroché la première place des classements des jeux de l’année, triomphant aux contestés mais toujours plus médiatisés Games Awards notamment. Pourtant, lors de sa sortie, les premiers retours sur le jeu étaient bien plus réservés, côté joueurs essentiellement. La presse l’a porté aux nues, les joueurs beaucoup moins. Avec du recul, plusieurs éléments l’expliquent : les choix scénaristiques brutaux de ses auteurs, qui ont dérouté tant de joueurs, le manque d’évolution du gameplay, l’envie d’y voir une révolution (ce que le jeu n’avait jamais promis) sans oublier la navrante haine du web à l’encontre d’Ellie. The Last of Us 2 n’a pas fait l’unanimité, mais il a marqué profondément ceux qui sont allés au bout, sans céder à la facilité, à l'intolérance ambiante et la recherche de la simple satisfaction du fan. On a hâte de voir ce que la série de HBO fera de tout cela !
Au moment des bilans sur l’année 2021, The Last of Us Part II a très souvent décroché la première place des classements des jeux vidéo de l’année.
The Last of Us 2

Warcraft, de Reforged à Shadowlands

Les années passent, Warcraft reste, là où Starcraft semble avoir pris une bien triste retraite. La franchise phare de Blizzard a soufflé le chaud et le froid en 2020.
Tout a commencé avec la sortie de Warcraft III Reforged, lui aussi très attendu par les amoureux du RTS, un portage confié par Blizzard au studio Lemon Sky. Un portage expédié, incomplet, descendu sans retenue, et à raison, par les joueurs. La raison ? Moddeurs ceinturés, manque de fluidité et surtout absence de ladder, brisant tout intérêt multijoueur (et donc esport) du jeu. Pourquoi ? Warcraft III est pour beaucoup le plus grand RTS de tous les temps (mais le débat est ouvert), ce Reforged n’en est pas digne et laisse un arrière goût très amer, d’autant que les mises à jour annoncées se font grandement attendre.
Mais Warcraft n’en est pas resté là et c’est du côté du MMO que la joie est là. Le pari Classic est un succès évident et s’est confirmé toute l’année. Shadowlands, la nouvelle extension, est venue confirmer que WoW va très bien. Levelling intéressant, intrigue prenante (mais que fait Sylvanas ?), endgame archi-complet, bourré de nouveautés. Pour le moment, Shadowlands satisfait ses utilisateurs, toujours nombreux. Le jeu s’est même offert le luxe de devenir le jeu PC le plus vendu sur sa journée de lancement, avec 3.7 millions de copies, détrônant Diablo III.
Il est impossible de revenir sur l'année gaming 2020 sans parler du naufrage Cyberpunk 2077, qui n’a probablement pas d’équivalent dans l’histoire du jeu vidéo.
Cyberpunk 2077

L’accident industriel Cyberpunk 2077

Impossible de revenir sur 2020 sans évoquer le naufrage de Cyberpunk 2077, qui n’a probablement pas d’équivalent dans l’histoire du jeu vidéo. Un naufrage qui force à la réflexion.
Annoncé pour le printemps, repoussé à plusieurs reprises, le jeu de CD Projekt Red est finalement arrivé en décembre, loin, très loin, d’être terminé, après des mois de crunch pour les développeurs qui ont fait polémique. La qualité du produit livré, le déchaînement médiatique, la colère des joueurs, les retombées, marqueront certainement au fer blanc l’industrie du jeu vidéo, comme un cas d’école à ne plus reproduire, et ceci à bien des niveaux. La communication d’abord : des promesses, un silence pesant sur les versions old gen (et on comprend pourquoi). La confiance aveugle dans un studio placé sur un piédestal depuis The Witcher III et qui doit, aujourd’hui, reconquérir le cœur des joueurs. L’accueil quasi dithyrambique de la presse (qui n’avait pas les versions PS4 et Xbox One), descendue par les joueurs. La sortie d’un jeu qui aurait mérité bien plus de temps de développement, sacrifié sur l’autel des intérêts financiers (pari risqué, diablement perdu). Cyberpunk 2077 est un énorme accident industriel, avec des ventes monstrueuses et un taux de satisfaction frisant le néant (Sony est tout de même allé jusqu’à retirer le jeu de son store en proposant le remboursement). Un jeu pourtant loin d’être mauvais, surtout sur PC et qui garde un fort potentiel, si les développeurs ont le temps de travailler posément au peaufinage.
Mais tirer à boulets rouges sur CD Projekt n’est guère suffisant. Nous avons tous, nous les joueurs, notre part de responsabilité d’une certaine manière. Pourquoi tant de plaintes à chaque report pour achever le jeu à coup de pelle car il est sorti trop tôt ? Pourquoi attendre tant d’un jeu dont on ne sait rien ou presque et cela dès le premier trailer mis en ligne ? La dérive de la “hype”. Pourquoi se ruer sur les précommandes avant d’avoir un aperçu du produit final ? Pourquoi des avis aussi tranchés, sans juste mesure entre “le pire jeu de l’histoire de l’humanité” et “le plus grand jeu de tous les temps” ? Pourquoi remise en cause si récurrente des tests des professionnels, et cela avant même d’avoir pu se forger son propre avis ? Des éléments malheureusement si courants qui s’appliquent à bien d’autres jeux, mais aussi à d’autres œuvres (films, séries).
Sorti en juillet sur PS4, le jeu Ghost of Tsushima de Sucker Punch a reçu un accueil presse correct, sans emballement, le titre étant perçu comme un Assassin’s Creed peu innovant à vite expédier.
Ghost of Tsushima

Ghost of Tsushima, coup de coeur du public

Un autre jeu est venu illustrer la relation délicate entre la presse et les joueurs en 2020 : Ghost of Tsushima de Sucker Punch. Sorti en juillet, le jeu PS4 a reçu un accueil presse correct, sans emballement, le titre étant perçu comme un Assassin’s Creed peu innovant à vite expédier dans le Japon médiéval du XIIIe siècle. Les joueurs, en grand nombre, sont tombés sous son charme et y ont vu davantage, un univers et une culture dépeints avec soin, un jeu où il est envoûtant de s’y perdre. Comparer avis presse et public sur ce jeu vous invite au grand écart. Le fait est qu’il reste un des grands coups de cœur des joueurs en 2020 et une étonnante surprise. Pas la seule, et comme on terminera ce papier sur du positif, nous parlerons de celles-ci plus tard.
Sorti en 2020, le jeu vidéo Fall Guys, proposait de faire des courses d’obstacles avec d’imposants personnages ridicules dans un décor aux couleurs flash.
Fall Guys

Ces phénomènes que l’on avait pas vu venir

Deux jeux ont eu un retentissement totalement inattendu ces derniers mois. Le premier, Fall Guys, proposait de faire des courses d’obstacles avec d’imposants personnages ridicules dans un décor aux couleurs flashy. Le carton a été immédiat, bien aidé par la communication de ses développeurs. Mais le délire est rapidement passé : beaucoup ont fini par prendre beaucoup trop au sérieux ce jeu 100% détente, lui donnant un côté compétitif contre nature (dans lequel s’est un peu engouffré Devolver), gâchant le côté bon enfant des streams, alors que les tricheurs, en très grand nombre, sont venus achever la bête, réduisant à néant tout plaisir de jeu. Il n’en reste pas moins que Fall Guys est, en lui-même, un jeu très fun reposant sur une idée des plus basiques mais efficaces. Une question subsiste maintenant : saura-t-il rebondir ?
Le phénomène Fall Guys a laissé place à Among Us, qui s’est installé plus durablement et continue de connaître un joli succès sur Twitch. C’est d’autant plus surprenant que le jeu est sorti en 2018 de manière relativement anonyme avant d’être propulsé sur le devant de la scène par des streamers. Il faut dire que le jeu se prête à merveille à l’exercice du stream, son concept invitant à la fourberie et aux rires collectifs. Among Us est incontestablement un des grands gagnants de 2020. Il en faut bien.
Le jeu vidéo d'horreur Carrion édité par Devolver Digital est sorti, en format dématérialisé, le 23 juillet 2020 sur PC, Nintendo Switch et Xbox One.
Carrion

Le jeux vidéo et le streaming déconfinés

Puisque nous abordons le streaming, écartons nous un peu des jeux spécifiques pour élargir au jeu vidéo dans son ensemble, diffusion en ligne comprise. Si l’ampleur est difficile à quantifier, il est évident que le streaming, sur Twitch ou YouTube Live essentiellement, a connu une très forte année, contexte oblige. La pratique du jeu vidéo également. Confinement, fermeture des sites culturels, difficulté à faire du sport, report de nombreuses séries TV, tout cela a obligé les utilisateurs consommateurs à se tourner vers d’autres occupations, parmi elles, le stream et les jeux vidéo plus globalement. Cette industrie a été bien aidée par le nombre important de nouveautés, dont de vrais succès, des free-to-play populaires (du côté de Riot notamment) et des triple A cités précédemment. Ajoutons à cela l’arrivée sur Twitch (ou le passage) de personnalités très suivies, comme des sportifs (Nicolas Mahut, Thibaut Courtois, Antoine Griezmann, Teddy Riner, Charles Leclerc, Tony Parker et autres nombreux joueurs NBA comme Giannis Antetokounmpo) ou des acteurs (Henry Cavill a affolé la toile en montant son PC…), le succès des actions caritatives et l’inventivité de certains streamers.
Le nouveau jeu vidéo Yakuza, appelé Like a Dragon, fait partie des jeux de l’année 2020.
Yakuza Like a Dragon

L’esport dans le dur

Côté compétitif, l’année a été bien plus délicate. La fermeture des salles a été un terrible coup pour de nombreuses organisations travaillant dans l’esport, comme la Gamer Assembly, la Dreamhack, l’ESL. Pour les joueurs également, eux qui ont dû revoir leur méthode d'entraînement, les bootcamps étant souvent impossibles. L’esport a dû se réinventer, dans le training, la communication, le travail avec les sponsors, les déplacements ou leur absence justement. Un exercice d’autant plus délicat pour les joueurs isolés, jouant en solo (jeux de cartes, baston, FIFA, RTS). De nombreuses compétitions ont eu lieu en ligne, d’autres, plus rares, se sont tout de même déroulées en offline avec des mesures sanitaires sérieuses et donc renforcées. Malheureusement, certains grands rendez-vous de l’année esport ont sauté, comme The International sur DOTA 2. Cela n’a fait qu’amplifier la tendance à un esport davantage spectacle / entertainment, reposant sur les streamers influenceurs, et moins sur la compétition en elle-même, bien que certains jeux s’en soient très bien sortis, CSGO, League of Legends ou Rainbow Six pour ne citer qu’eux. Espérons une année 2021 chargée en tournois et en performances remarquables.
Sublime, la sortie du jeu vidéo rogue-like Hadès  qui a fait l’unanimité est l'un des meilleurs moments de gaming de 2020.
Hades

Une année de belles surprises

Aussi sombre fut-elle sur bien des points, 2020 a été chargée en nouveaux jeux et donc forcément en jolies surprises. C’est le moment “petit kiff” avec un retour sur les perles qu’il ne fallait pas louper.
Citons donc le rogue-like Hadès, sublime, qui a fait l’unanimité, tout comme les très gores et encensés Doom Eternal et Carrion, le brutal jeu 2D Street of Rage 4 et le nouveau Yakuza, appelé Like a Dragon, tous faisant partie des jeux de l’année. La version PS5 de Demon’s Souls est un remaster très soigné, augurant le meilleur pour la next gen. Disponible en accès anticipé, Grounded est plutôt prometteur.
Acclamé, le jeu vidéo RPG Disco Elysium sorti en 2020 était boudé chez nous, du fait de l’absence de sous-titres français, forcément gênant pour un titre reposant autant sur ses délicieux dialogues.
Disco Elysium
D’autres petites choses ont fait un grand bien et il faut en parler. La nouvelle mise à jour de No Man’s Sky efface encore bien davantage le lancement loupé du jeu. Avec la sortie du très bon Persona 5 Royal, cette excellente saga continue de faire son trou en France, avec un sous-titrage VF s’il vous plaît. Et terminons par le cadeau de Noël : acclamé, le RPG Disco Elysium était un peu boudé chez nous, du fait de l’absence de sous-titres en français, forcément gênant pour un titre reposant autant sur ses délicieux dialogues. Pour les fêtes, le studio ZA/UM a corrigé le tir ! N’est ce pas merveilleux ?
Télécharge ici et gratuitement l’application Red Bull TV pour profiter de nos vidéos, directs et événements de musique et de sports extrêmes sur tous tes écrans !