Avant Barcelone, le joueur brésilien Neymar aurait pu jouer en Premier League en Angleterre.

Neymar-Premier League, le mariage foiré

© Iconsport

Avant Barcelone, l’Angleterre aurait pu être la première terre de conquête du joueur brésilien. Reste que ce n’était pas le bon moment, ni le bon timing, malgré les nombreuses approches.

Le joueur de football Neymar Jr en duel face au footballeur anglais Theo Walcott du Everton FC.
Neymar en duel face à Theo Walcott
« Le Ballon d’or ? Je pense qu’il aurait plus de chances de le gagner avec le Real Madrid ou avec certains clubs anglais. Peut-être aussi parce que c’est avec ces clubs-là que la Ligue des champions se gagne. » Sur le moment, c’est un vieux dossier que ressort sur la table Rivaldo, 46 piges et un CV qui dégueule (le Ballon d’or 1999, une Coupe du monde chipée en 2002, une C1 remportée en 2003 avec le Milan AC, entre autres) : Neymar, l’Angleterre, deux planètes qui s’entrechoquent. Une vieille histoire, en réalité. Il faut remonter à loin pour retrouver un lien mais le Royaume aurait pu être en effet la première terre de conquête du génie brésilien du Paris Saint-Germain. Quand ? Tôt : à l’été 2010, alors que Neymar digère ses premières saisons professionnelles à Santos, West Ham vient en effet frapper à la porte du club de São Paulo. L’information est même balancée en place publique par le directeur sportif de l’institution, Pedro Luiz Nunes, ce dernier évoquant une offre tournant autour des quinze millions d’euros. Rejetée, évidemment : « Notre position est claire, nous ne souhaitons débuter aucune négociation. Ce genre de joueurs ne quittent leur club que lorsqu’on reçoit la somme exacte fixée par sa clause de départ. » La situation est d’ailleurs identique à l’époque pour l’autre pépite du coin, André, dont la clause était censée être bloquée à environ 45 millions d’euros. Résultat ? Santos le lâchera finalement pour huit petits millions d’euros au Dynamo Kiev. Oui, d’accord, mais Neymar, c’est Neymar.
Plusieurs rumeurs tentent d’envoyer Neymar en Premier League en Angleterre, mais sans succès
London calling ?

« Je lui conseille de ne jamais aller en Premier League »

Et c’est ce qu’expliquent à l’Europe du foot les dirigeants de Santos. Aux clubs anglais, en priorité : Chelsea, Manchester City… Pendant ce temps-là, son agent, Wagner Ribeiro, casse l’ambiance : « L’objectif de Neymar est de devenir le meilleur joueur du monde. Son pourcentage de chances de réussir à l’être ici, au Brésil, est de zéro. Un jour, il devra partir. » On connaît la suite : en 2013, la coqueluche file vers le Barça et ne verra jamais l’Angleterre, si ce n’est en tant que joueur du club catalan avec qui il croisera la route de Manchester City à plusieurs reprises en Ligue des champions. Depuis, plusieurs rumeurs tentent d’envoyer Neymar en Premier League, sans succès. Parfait : Dimitri Payet, chef-d’orchestre de l’OM de Rudi Garcia, a prévenu le joueur de ne « jamais y aller ». Pourquoi ? « Parce que Neymar est victime de son talent. Là-bas, les entraîneurs adverses se focaliseront aussi sur son cas et tenteront de le stopper, sauf que ce n’est pas les mêmes contacts qu’en Ligue 1. » Voilà le Brésilien prévenu et un mariage foutu en l’air. Pourtant, tout ça aurait eu un joli sens et une forme de logique.