Divisez votre aventure en différentes parties
Cyclisme

10 conseils pour planifier votre prochaine aventure bikepacking

© Simon Parker
L’explorateur et aventurier Simon Parker vous donne les clés pour concrétiser vos rêves de voyage au long court à vélo.
Écrit par Tom WardPublié le
Simon Parker a un travail qui le monopolise 150 nuits par an dans des hôtels, l’oblige à passer un tiers de son temps assis dans les aéroports, à parcourir le monde sur des spots éloignés de tout et à travailler pour des médias comme la BBC et le journal Daily Telegraph. Bref, l’Anglais en connaît un rayon quand il s’agit de parler de débrouille.
Pour son défi le plus récent, Simon a participé à Earth Cycle, un documentaire en cinq parties avec une deuxième saison déjà en cours de route. Cette série promeut l’idée d’aventures vécues à un rythme plus lent, pour simplement profiter du voyage et des merveilles de la nature.
Cette idée lui est venue alors qu'il traversait les États-Unis dans le cadre d'un voyage à la voile et à vélo de la Chine à Londres.
"J'ai réalisé que je détestais la voile" explique Simon. "J’ai vraiment eu du mal avec ça et j’ai eu la chance de ne pas être tué à plusieurs reprises sur le bateau. Mais la partie vélo, étalée sur deux mois, a tout simplement représentée un des meilleurs moments de ma vie. Être seul, dormir dans un sac de couchage au cœur d’un parc national sous les étoiles. Cuisiner le soir sur un réchaud de camping. Je suis devenu accro à ce style de vie."
J’ai alors réalisé que je devenais vraiment en phase avec la nature et que je ne pourrais pas avoir cette vision si je continuais à voyager de façon classique comme un simple écrivain à travers le monde.
Simon Parker
C’est de là qu’est né Earth Cycle. Sur la première saison, le public suit Simon passer de la péninsule la plus septentrionale à la plus méridionale de la Scandinavie.
"J’ai alors réalisé que je devenais vraiment en phase avec la nature et que je ne pourrais pas avoir cette vision si je continuais à voyager uniquement comme un simple écrivain à travers le monde. Je voyais des plantes fleurir, des fermiers sortir pour la récolte, des animaux traverser la route".
Tout cela me semblait une très bonne façon de passer mon temps.
Vous pouvez lire des livres sur le bikepacking. Mais se lancer réellement dans une telle aventure, c’est autre chose. Simon partage ici 10 conseils pour vous aider à vous lancer sur les aventures à vélo.

1. Définissez vos objectifs avant de partir

Simon Parker sur les routes de Scandinavie
Simon Parker sur les routes de Scandinavie
"Je pars toujours en connaissant les dates de début et de fin de mon voyage" explique Simon. "J'aime les aventures qui vont d'un point extrême à l'autre. Lorsque j'ai traversé les États-Unis à vélo, je savais que je commençais sur une côte et que je terminais sur une autre. Je ne suis pas motivé par le fait d’être le plus rapide, d’être le premier à faire quelque chose ou de créer un itinéraire qui n’a jamais été fait auparavant. Il s’agit avant tout d’imaginer une idée qui vous motivera du début à la fin de votre aventure."

2. Il ne s’agit pas uniquement d’arriver aussi vite que possible à la fin de votre aventure

Divisez votre aventure en différentes parties
Divisez votre aventure en différentes parties
"Chaque personne a une approche différente sur ce point. Cela dépend de votre motivation au quotidien plutôt que du simple fait d’arriver au point final. Personnellement, j'aime tracer des points tout au long de mon parcours qui me motivent et me donnent une récompense."
"Si vous commencez à penser aux 6 000 ou 7 000 km de vélo qui vous attendent, ça va probablement vous écraser de fatigue avant même d’être parti. Divisez plutôt votre parcours en différentes petites portions. Sur une semaine, vous pouvez chercher à faire 800 km par exemple. Et au cours de cette semaine, vous chercherez à rencontre une personne, à voir un monument, à essayer la cuisine locale de saison. Au final, cela rend les choses un peu plus gérables et moins intimidantes."

3. Evitez les listes à rallonge

Evitez de tout mettre dans des équipements trop onéreux
Evitez de tout mettre dans des équipements trop onéreux
"Gardez à l’esprit des choses simples. Il y a tellement de blogs qui vous donneront des conseils pour économiser des grammes sur des tentes ou des sacs de couchage. Attention à ne pas trop en faire sur ce point. Car les prix s’envolent souvent pour ces équipements très légers, comme peut par exemple l’être une tente à 350 euros. Quand j'ai traversé les États-Unis à vélo, j'avais une vieille tente, un vieux réchaud de camping et une vieille remorque que j'avais achetée sur eBay pour 25 euros. Vous n’avez pas forcément besoin des produits les plus chers et les plus modernes."

4. Ne cherchez pas à avoir le vélo le plus cool

Un vélo hybride est idéal pour ce genre d'aventure
Un vélo hybride est idéal pour ce genre d'aventure
"Il y a environ 10 ou 20 ans, le bikepacking a explosé et tout est alors devenu une question de poids. Il faut toujours des emballages plus légers, un cadre carbone, des équipements lights. Mais sans surprise, les tarifs ont aussi explosé et c’est devenu inaccessible pour certaines personnes. Aujourd’hui, les marques vendent des beaux vélos à des prix très élevés et les gens pensent qu’ils ont besoin de cela. En réalité, on peut faire plus simple quand il s’agit de bikepacking."
"Quand j'ai traversé les États-Unis à vélo, je l'ai fait sur un vélo qui coûtait 830 euros. C’était exactement ce dont j’avais besoin. Après environ 3 200 km, j'ai rencontré les premiers autres cyclistes de mon aventure. C'étaient deux Allemands qui étaient partis de San Francisco pour rejoindre Chicago. Ils roulaient sur les vélos de leur grand-mère qu'ils avaient trouvé dans un abri de jardin. Ils avaient deux vitesses et demi, des paniers à l’avant et ils parcouraient les Rocheuses et l'Amérique à vélo. Leur machine devait coûter environ 11 euros."

5. N’allez pas trop loin trop tôt

Sur la première semaine de votre aventure, vous devez augmenter progressivement votre niveau. Ne cherchez pas à rouler 160 km dès le premier jour car cela vous épuisera dès le début et vos muscles vous feront mal.
Simon Parker
"J'essaie de garder un niveau de condition physique de base raisonnable, ce qui ne veut pas dire que je ne suis pas enclin à prendre quelques pintes et une pizza. Avec une balade à vélo de 4 à 5 000 km, il est difficile de se préparer sur 2 000 km pour s’entraîner. J’essaye juste de faire 50 à 65 km par jour, quatre ou cinq fois par semaine. Je fais ça le matin. Mais finalement, c’est vraiment lors de votre première semaine d’aventure que vous montrez doucement de niveau."
"Sur la première semaine de votre aventure, vous devez augmenter progressivement votre niveau. Ne cherchez pas à rouler 160 km dès le premier jour car cela vous épuisera dès le début et vos muscles vous feront mal. Je pense qu’il faut chercher à faire environ 80 km sur le premier jour, puis grimper progressivement de 8 à 16 km chaque jour jusqu’à atteindre 160 km au quotidien. Votre corps a besoin de temps pour s'habituer à toute ces heures sur le vélo."

6. Anticipez les problèmes

Pensez juste à pédaler sans vous projeter sur les km restants
Pensez juste à pédaler sans vous projeter sur les km restants
"N'oubliez pas que vous avez fait le choix de vous mettre dans cette situation. Vous savez que ce sera inconfortable et qu'il y aura des problèmes en cours de route. Ayez toujours ça en tête, cela vous aidera à mieux appréhender ces situations difficiles. Quand je pars à l’aventure, je sais déjà que je vais faire face à des crevaisons au milieu de nulle part. Au moment où ça arrive, ce n’est donc pas une surprise. Dans l’idéal, pensez à ce qui pourrait arriver bien avant que cela ne se produise. L’anticipation est la clé sur ce genre de voyage.

7. Écoutez votre corps

Simon Parker fait une pause dans un paysage de rêve
Simon Parker fait une pause dans un paysage de rêve
"Rouler 12 à 14 heures par jour vous donne une chance de vous mettre à l'écoute comme jamais vous ne le feriez en temps normal. Vous commencez à ressentir des courbatures et des douleurs dans toutes vos articulations et vos muscles de manière très intense. Et vous réalisez que vous devez écouter ces douleurs, ces sensations. Si je ressens un pincement dans le bas du dos, je descends du vélo et je réfléchis à la position de la selle, aux pédales. J’essaye de résoudre rapidement ce problème avant de tenter d’aller plus loin et d’aggraver la blessure."

8. Cherchez les récompenses

La nourriture est une véritable récompense après des heures d'effort
La nourriture est une véritable récompense après des heures d'effort
"Même si j’aime aller chercher mes limites, je me tiens à un jour de repos par semaine. J'essaye d'absorber autant de calories supplémentaires que possible. Je me détends et je descends du vélo, donnant à mes muscles une chance de se reposer avant de les solliciter à nouveau. Une fois de retour sur la selle, j’ai hâte de rouler à nouveau et de profiter de mon aventure."

9. Ayez une vision à court terme

Si vous êtes prêt à vous asseoir sur votre vélo toute la journée, les kilomètres défileront d’eux-mêmes.
Simon Parker
Ne cherchez pas à avaler chaque kilomètre qui se présente à vous de la manière la plus efficace qui soit. Si vous êtes prêt à vous asseoir sur votre vélo toute la journée, les kilomètres défileront d’eux-mêmes. C’est comme un travail classique de 9h à 17h. Continuez juste à rouler et vous réaliserez à la fin de la journée que vous venez parcourir 160 km à vélo.

10. Profitez quoi qu’il arrive

La vie en extérieur n'est pas toujours une partie de plaisir
La vie en extérieur n'est pas toujours une partie de plaisir
"Si une journée ne se passe pas comme prévue, gardez en tête qu’il vaut toujours mieux faire du vélo que de passer 9h dans un job classique. Même si l’aventure est éprouvante, cela reste un immense sentiment de liberté et un privilège qu’il faut savoir savourer."
"Certaines personnes ont de grandes ambitions lorsqu’elles se préparent à rouler sur de longues distances en vélo. Même des gens qui n’ont pas l’habitude du deux roues. Mais soyez raisonnable quand vous débutez. Commencez déjà par rouler sur tout un week-end. Puis essayez ensuite de le faire sur quatre jours d'affilée en dormant dehors et en préparant votre nourriture. Ceux qui n’ont jamais fait de bikepacking n’imaginent souvent pas la dureté de la chose. Être très fatigué, avoir faim, ne pas prendre de douche pendant une semaine et dormir dehors quand il pleut n’est pas forcément donné à tout le monde. Commencez par rouler sur 300 km avant d’envisager de le faire sur 3 000. L’aventure commence souvent au bat de votre porte."
Télécharge ici et gratuitement l’application Red Bull TV pour profiter de nos vidéos, directs et événements de musique et de sports extrêmes sur tous tes écrans !