F1

Dans le secret de la salle des opérations d'Aston Martin Red Bull Racing

© Red Bull
Que se passe t-il derrière les portes du QG de l'écurie pendant un Grand Prix ? Pour le savoir, on a décidé de vous mettre sur la liste de l'un des lieux les plus secrets de la F1. Entrez-donc.
Écrit par David RawlingsPublié le
Nous sommes un vendredi matin, 5 minutes avant le départ de la première session de la saison 2020, et la salle des opérations (aka la Ops Room) d'Aston Martin Red Bull Racing est l'endroit le plus calme du monde. Et l'un des plus confidentiels, aussi. Seul un petit groupe de collaborateurs essentiels peut y pénétrer, et distanciation sociale oblige, ce nombre a encore été réduit récemment.
Alors que Max Verstappen et Alex Albon sont à Spielberg, en Autriche, sur le point de débuter les essais libres, une petite équipe se rassemble à 1500 km de là, dans un endroit unique niché au coeur de l'Angleterre.
Bienvenue dans l'Ops Room AT&T, où "l'équipe derrière l'équipe" Aston Martin Red Bull Racing est le sur le point de se lancer dans ses première analyses à distance, pour mieux récupérer toutes les données possibles et imaginables avant de les envoyer à l'équipe de Spielberg en temps réel.
Les rangées de sièges, disposées à la manière d'une petite salle de conférence, font face à un énorme écran 4K qui, lorsqu'il a été installé il y a quatre ans, était le plus grand d'Europe. En ce jour d'essais, il affiche 12 flux différents. L'un d'entre eux affiche par exemple des images embarquées des deux voitures de l'équipe et de leurs rivales.
Chaque rangée de la salle des opérations est dédiée à une équipe particulière, comme celles des ingénieurs de performance, des aérodynamiciens ou des stratèges de course.
L'Ops Room AT&T est la salle d'opération où "l'équipe derrière l'équipe" Aston Martin Red Bull Racing travaille.
Au coeur de la ruche
Les experts en performance et en aérodynamique occupent la troisième rangée, et les deux premières sont réservées au pôle stratégique. On y trouve donc ceux dont le travail consiste - entre autres - à coordonner la salle des opérations tout au long du week-end.
"Quand vous avez votre casque sur les oreilles, vous n'entendez rien d'autre, mais il y a beaucoup de discussions dans la radio", explique l'un des stratèges. "Lorsque les pilotes parlent, nous avons tous tendance à nous taire et à écouter pour être sûrs de comprendre leurs besoins."
"La plupart des départements ont des canaux internes qui peuvent être divisés. Il y a un canal pour chaque département et un canal plus global."
Chaque membre de l'équipe dans la salle a deux écrans devant lui, qui affichent les données les plus importantes pour sa mission. Mais il dispose également d'un panneau de communication et d'un casque pour parler aux autres membres de son équipe. Sa mission ? Devenir les yeux et les oreilles de ceux qui, sur la piste, n'ont pas le temps d'analyser le flot d'images reçues.
Un exemple ? "Quelque chose s'est détaché d'une des voitures Renault dans la ligne droite des stands durant les essais et nous l'avons repéré environ 20 secondes avant que les caméras de télévision ne le montrent", explique l'un des stratèges. "Nos pilotes étaient en piste, mais nous avons pu transmettre instantanément un message pour les avertir, afin qu'ils puissent l'éviter."
Et pour que tout se passe au mieux, la salle des opérations peut s'appuyer sur le nec plus ultra de la technologie moderne, comme une connexion par fibre optique avec la piste, pour plus de vitesse et de stabilité.
Même lorsque la course se déroule en Australie - ou est censée s'y dérouler - les données atteignent les écrans de la salle des opérations en 300 millisecondes, soit l'équivalent d'un clin d'oeil. Pour les courses en Europe, les données arrivent essentiellement en temps réel, ce qui permet des prises de décision ultra-rapides.
Par ailleurs, un réseau VPN global AT&T est mis à la disposition de l'équipe sur chaque circuit, et ce même s'il faut tirer des câbles depuis le point d'échange internet le plus proche jusqu'au garage.
Cette configuration permet une expérience "plug and play" grâce à laquelle on peut accéder aux données archivées de l'usine ou faire tourner des machines virtuelles Citrix pour effectuer des calculs et les relayer à l'équipe.
Au fil du week-end, la salle se vide. Le jour de la course, elle ne contient d'ailleurs plus que le pôle stratégique. "De toute façon, après les qualifications, lorsque les voitures sont au Parc Fermé, nous ne pouvons plus faire de changements, donc on se concentre sur la stratégie pour le dimanche" explique l'un de ses membres.
Mais si la Ops Room d'Aston Martin Red Bull Racing fait partie des rares salles construites sur-mesure pour optimiser les performances de l'écurie, tout ne tourne pas toujours autour de la F1 entre ses murs :
"Pendant la Coupe du Monde 2018, on a allumé un écran pour regarder un match de l'Angleterre pendant le Grand Prix" raconte l'un des membres de l'équipe. "Ce n'est pas parce que les gens bossent le week-end qu'ils ne peuvent pas en profiter un peu." Bien dit.
Télécharge ici et gratuitement l’application Red Bull TV pour profiter de nos vidéos, directs et événements de musique et de sports extrêmes sur tous tes écrans !