esports

RZA : une main de velours dans un gant de ninja

© Viennality
Injustement méconnu, le champion français de Mortal Kombat compte bien dominer la compétition tout en redoublant d’efforts pour accueillir les nouveaux venus.
Écrit par Thomas LoreillePublié le
En France, la série Mortal Kombat a toujours été source de paradoxes. C’est un des jeux de combat qui se vend le mieux avec la série Smash Bros. mais étrangement, sa scène compétitive reste méconnue et ne fait l’objet d’aucune couverture médiatique. Même dans le milieu plutôt petit de la baston, beaucoup ne sont pas au courant que des tournois ont régulièrement lieu et qu’un français domine la scène européenne depuis bientôt trois ans !
Elfrid ‘RZA’ Sandre, aujourd’hui âgé de 27 ans, demeure méconnu du grand public et même de certains de ses pairs venus d’autres disciplines. En plus d’être un des meilleurs joueurs Européens de Mortal Kombat, RZA est aussi un ambassadeur de la licence et de sa communauté. Pourtant rien ne le destinait à rejoindre le milieu du jeu de combat.
Le joueur français Elfrid ‘RZA’ Sandre domine les tournois de la scène européenne de Mortal Kombat.
Le français qui domine la scène européenne
D’origine Congolaise, RZA a grandi à Chanteloup les Vignes en région parisienne. Cette commune de 10 000 habitants, connue pour avoir servi de lieu de tournage au film La Haine, est la source de ses premières années de bagarres purement virtuelles. C’est un de ses cousins qui, en 1996, offre à ses frères et lui une Super Nintendo et un lot de jeux de baston. Alors âgé de 4 ans, RZA découvre Mortal Kombat 1, 2 et 3, Street Fighter 2 Turbo, Killer Instinct et même Fatal Fury. « Je pense que c’est pour ça que je ne suis pas sectaire, que j’arrive à ne pas dénigrer une série de jeux bien qu’elle fonctionne différemment. Ça m’a appris à apprécier les jeux de combats dans leur globalité ».
Le petit Elfrid est alors entraîné par ses grands frères qu’il a envie d’imiter et de dépasser. L’un d’entre eux, particulièrement doué, se balade avec sa Super Nintendo dans différentes villes au Congo pour défier les locaux. C’est avec lui que RZA note ses combos sur papier, apprend des stratégies et à 8 ans, prend le relais quand l'aîné quitte le nid. S’il enchaîne les victoires dans son entourage, la rencontre avec un compétiteur de Tekken qui lui inflige un double perfect remet les pendules à zéro. « Je me suis rendu compte que je n’étais pas si fort que ça finalement… Mais j’ai bien aimé ! » Heureusement pour lui, la défaite est plus une motivation qu’une source d’énervement.

Une décennie de baston… sans compétition

Adolescent, RZA continue de s’amuser sur tout un paquet de jeux de combats. En plus des jeux de course (son autre genre de prédilection), il rince un paquet de titres comme Dead or Alive 3 et 4, Mortal Kombat Deadly Alliance, la série des Dragon Ball Z Budokai (son favori étant le troisième). Plus original, il joue aussi sur Playstation Portable, notamment à Tekken 5 Dark Resurrection, Mortal Kombat Unchained et Dragon Ball Z Shin Budokai.
Cependant, en 2008 et 2009, Mortal Kombat vs DC ne le passionne pas plus que ça, idem pour Street Fighter IV. Il faut dire qu’à cette période il a 16 ans et préfère le sport, les sorties entre amis et faire la fête. Cette vie sociale bien remplie le fait passer à côté de Mortal Kombat 9, le reboot acclamé de 2011, et c’est dans un Micromania qu’il apprend l’existence du jeu ! Ne connaissant ni les forums, ni les tournois, il joue dans son coin sur internet pendant près de trois ans.
C’est finalement en 2015, à l’occasion d’un tournoi promotionnel Mortal Kombat X à Neuilly que RZA découvre le milieu compétitif. Il y rencontre des joueurs connus du milieu comme Will2PAC ou Whiteblack. C’est un véritable choc pour lui : « Je ne peux pas me passer d'avoir une grosse vie sociale. J’ai toujours aimé être avec les gens, discuter échanger dans la vraie vie. Du coup quand je suis allé à ma première compétition, dans ma tête ça a fait des étoiles ! Il y a des gens qui kiffent le même jeu et se rassemblent dans des événements ?! »
Le joueur Elfrid "RZA" Sandre RZA a découvert le milieu compétitif de Mortal Kombat en 2015.
RZA a découvert le milieu compétitif en 2015
Le soir même, avec ses amis joueurs de Mortal Kombat X, Huey et Masta, ils créent un clan et le nomment Yuzu Gaming, un nom qui deviendra la marque de fabrique de la communauté Mortal Kombat. RZA décide alors de bouger en tournoi et atterrit à Bordeaux, à l’été 2015, dans le très bien nommé “Les Veaux Bordelais”, et finit à la seconde place derrière Bjay, alors son mentor. Le virus est installé, RZA veut continuer. Il y a cependant un problème : peu de tournois ont lieu sur Mortal Kombat X.

Une pincée de Yuzu

Il faut dire qu’en 2015, Street Fighter IV est toujours le roi des tournois de jeu de combat en France, ce qui ne laisse pas beaucoup de place aux autres jeux. Les organisateurs préfèrent logiquement parier sur des communautés établies comme Smash Bros, Tekken ou même Guilty Gear, la plupart d’entre-eux ne sachant probablement pas qu’une scène compétitive existe sur Mortal Kombat.
Que faire dans une situation semblable ? « On voit qu’il n’y a pas assez de tournois. Alors on s’est dit qu’on allait en faire un nous-mêmes ». Une location d'amphithéâtre dans une école, quelques consoles et écrans prêtés par les amis et un stream amateur suffisent à lancer le mouvement. 32 joueurs répondent à l’appel lors de la première Yuzu Cup. Si cela semble peu au regard des compétitions esport d’aujourd’hui, c’est un score honorable et partagé par de nombreuses communautés locales.
RZA participe au tournoi et finit 4ème, en plus d’être dans l’organisation. La Yuzu Cup est surtout un événement rassembleur qui va permettre à cette communauté de se souder, de s’entraider et s’émuler. Ils prévoient des déplacements dans tous les événements proposant du Mortal Kombat, notamment au Red Fight District aux Pays bas et au Viennality à Vienne, ce dernier accueillant les qualifications officielles pour la Mortal Kombat X Pro League.
Depuis 2015, Yuzu Gaming a organisé plus d’une dizaine d’événements sur Mortal Kombat, Injustice et même Killer Instinct, devenant de facto la communauté où aller pour trouver des joueurs sur ces jeux. Quant à RZA, il n’a pas chômé depuis 2016, montant plus de trente fois sur le podium rien que sur Mortal Kombat. À vrai dire, depuis Novembre 2016 il n’a perdu qu’un seul tournoi de Mortal Kombat X parmi ceux auxquels il a participé. Pour le reste c’est un sans faute avec une double victoire à Viennality, une première place à l’AFK XL, et s’est aussi très bien placé sur la plupart des tournois Dragon Ball FighterZ.

Un rôle d’ambassadeur

S’il s’est bien amusé pendant quelques mois sur Dragon Ball FigtherZ, RZA a désormais un nouveau projet, promouvoir autant que possible Mortal Kombat XI, qui sortira le 23 avril prochain. Il sait que la période est propice car d’autres titres que Street Fighter ont désormais une place grandissante dans les tournois. Dragon Ball FighterZ, Tekken ou Smash Bros ont connu un intérêt renouvelé ces dernières années, brisant un peu les barrières et prouvant qu’un jeu de combat ne doit pas répondre qu’à un moule.
Pour RZA, l’opportunité de promouvoir Mortal Kombat à une plus grande échelle s’est faite de manière originale. C’est Ken Bogard, le commentateur de Street Fighter, qui l’invite à revenir dans son émission hebdomadaire pour couvrir le jeu après qu’il soit passé pour Dragon Ball FighterZ. Preuve que l’époque et les gens évoluent, Ken Bogard, pourtant réputé pour ne pas aimer la série américaine, voit en RZA un expert de la série qui saura en parler et encourager l’agrandissement de la communauté de joueurs.
Parce qu’il sait s’exprimer passionnément, qu’il a les résultats compétitifs, la connaissance de la série et un charisme naturel alliant passion et douceur, RZA est en passe de réussir l’impossible : convaincre la communauté française de s’essayer sérieusement, sans a priori, à Mortal Kombat. « J’ai reçu des messages de gens qui me disent qu’ils n’avaient pas pris MK à l’époque car ils avaient des à priori, mais qu’en me voyant en parler dans l’émission, ils ont essayé et se sont rendus compte qu’ils avaient loupé quelque chose ».
C’est lors de streams où il parle de la série et décortique les annonces que RZA parvient à retenir ceux qui manifestent un intérêt pour le jeu. Conscient que l’objectif est d’être passionné mais pas aliénant, il organise avec les meilleurs joueurs français des événements en ligne pour encourager la rencontre entre ancienne et nouvelle génération. « Il faut apprendre à défendre son jeu » explique RZA. « Certaines communautés se disent ‘on est la niche de la niche, on est pas Street Fighter, personne ne va nous regarder’. À ce moment là les gens se tirent une balle dans le pied ! »
La promotion du jeu ne le fait cependant pas oublier son objectif principal : devenir le champion du monde de Mortal Kombat. Peu après la sortie du jeu le 23 avril, RZA enchaînera cinq weekends de tournois et d'entraînement. Le monde regorge déjà d’incroyables joueurs sur cette série mais une nouvelle génération pourrait également lui donner du fil à retordre. Après tout, comme RZA lorsqu’il avait 8 ans, qui ne rêve pas de battre les champions ?