Le pilote de Formule 1 Daniel Ricciardo Grand de Prix Malaisie.
© Getty Images/Red Bull Content Pool
Air Race

Les sports aux accélérations les plus VIOLENTES

Dans ces 5 sports, les athlètes doivent encaisser un nombre de g qui défie les lois de la nature.
Écrit par Nicolas Guiloineau
Temps de lecture estimé : 3 minutesPublié le
Certains sports sont basés sur l’endurance ou la régularité et d’autres sur l’explosivité. Et dans cette seconde catégorie, on retrouve bien évidemment les sports dans lesquels l’accélération est primordiale, au centre de toutes les performances.
Pour mesurer ces accélérations, on utilise le g. La tolérance du corps humain à la force g dépend de beaucoup de facteurs : la violence d’une accélération bien sûr, mais aussi sa durée, sa direction et l’environnement dans lequel elle a lieu. Mais globalement, au-delà d’un certain nombre de g, l’athlète perd de sa faculté à analyser la situation et s’expose à certains dangers physiques.
Voici les 5 sports dans lesquels les athlètes doivent encaisser les accélérations les plus violentes !

5) Le patinage de vitesse : 2,6 g

Le patineur de vitesse Charles Hamelin lors de la coupe du monde.
Charles Hamelin à Montréal
Cela peut surprendre mais les patineurs de vitesse ont une résistance à la force g supérieure à la moyenne. Dans les faits, c’est surtout dans les virages qu’ils doivent lutter contre la force centrifuge. Ils changent même de technique de patinage dans ces parties très spécifiques de la piste.

4) Dragster : jusqu’à 4,2 g

On ne vous fait pas de dessin, vous savez ce qu’est un dragster. Dans cette discipline bien particulière, il existe une catégorie de véhicules dont l’accélération est absolument terrible. Ils s’appellent les top fuels et le meilleur d’entre eux a couvert la distance d’un quart de mile (soit 402,25 mètres) en à peine plus de 4 secondes. Une accélération record de 4,2 g.

3) Luge : jusqu’à 5,2 g

Armin Zoeggeler en luge sur la piste d'Igls en Autriche.
Armin Zoeggeler sur la piste d'Igls
L’équipement utilisé par les lugeurs aujourd’hui représente le nec plus ultra de la technologie et la position qu’ils prennent pour dévaler la piste les rend plus rapides que ceux qui pratiquent le skeleton. Certains athlètes ont ainsi dépassé les 150 km/h. Et un maximum de 5,2 g a même été mesuré au Canada.

2) Formule 1 : jusqu’à 6 g

Carlos Sainz en Formule 1 aux essais du Grand Prix de Russie 2015 de F1.
Carlos Sainz en Russie
Il est plutôt logique de retrouver la discipline reine des sports mécaniques si haut dans le classement. Et pour cause : les virages serrés pris à très haute vitesse soumettent les pilotes de F1 à des forces g considérables, pouvant atteindre les 6 g.

1) Course aérienne : jusqu’à 13 g

Le pilote Peter Podlunsek au championnat du monde de course aérienne Red Bull Ai Race à Spielberg en Autriche.
Peter Podlunsek à Spielberg
Les pilotes d’avion qui pratiquent la course aérienne, dans le cadre du championnat du monde Red Bull Air Race, sont des forces de la nature. Certes leurs runs sont plus courts qu’un Grand Prix de Formule 1, mais ils doivent slalomer entre des pylônes en encaissant des forces d’environ 10 g. Un pilote a même été sanctionné pour avoir atteint les 13 g !
Le monde de Redbull.com où vous voulez, quand vous voulez, en téléchargeant l'application mobile Red Bull pour iPhone et Android sur Redbull.com/app.