Games

10 jeux Xbox à essayer une fois dans sa vie

© Wikipedia Commons
La première console de Microsoft a peut-être été éclipsée par la PS2 toute-puissante, mais négliger son catalogue de jeux serait une grave erreur.
Écrit par Damien McFerranPublié le
La première incursion de Microsoft dans le domaine des consoles de salon a été importante pour tout un tas de raisons. La Xbox était basée sur l’architecture puissante des PC, ce qui voulait dire que les portages étaient relativement faciles à réaliser. La console avait un disque dur interne à une époque où toutes les autres reposaient sur des cartes mémoire amovibles. Et elle était aussi la première console à proposer un service online payant avec le Xbox Live, chose qui est devenue monnaie courante dans l’industrie du jeu vidéo.
Malgré sa durée de vie anormalement courte (elle a été lancée en 2001 et la Xbox 360 est arrivée en 2005), la Xbox a accueilli un tas d’exclusivités enviables. Certaines pourraient même à nouveau voir le jour sur Xbox One avec l’annonce récente selon laquelle la rétrocompatibilité va arriver sur la troisième console de Microsoft. Même si ce n’est pas le cas, vous vous devez de jouer aux titres qui suivent.

Halo 2

Le premier Halo est peut-être le titre qui a fait découvrir Master Chief au monde, mais c’est cette suite sortie en 2004 et encensée par la critique qui a vraiment fait de lui une star mondiale du jeu vidéo. Les développeurs de Bungie ont saisi l’opportunité d’ajouter du contenu qu’ils ne pouvaient pas inclure dans le premier opus sorti en 2001, dont le multijoueur online. C’est la fonction qui a incontestablement contribué à en faire l’un des jeux les plus vendus de la console. Il s’est écoulé à 6,3 millions d’exemplaires rien qu’aux Etats-Unis. Même si la campagne solo du jeu n’est peut-être pas aussi mémorable que celle de son prédécesseur, c’est sans doute l’opus de référence de la série Halo.

Quantum Redshift

Créé par Nick Burcombe, qui a designé le cultissime Wipeout quand il était chez Psygnosis, Quantum Redshift est l’un des titres les plus aboutis graphiquement de la Xbox. Et il prouve une fois pour toutes que la console était clairement plus puissante que la PlayStation 2 et que la Nintendo GameCube. Avec un gameplay très similaire à celui de Wipeout, ce jeu de course futuriste proposait un grand nombre de pilotes. Et à mesure que la campagne avançait, on en apprenait plus sur leurs histoires et sur leurs ambitions. Même si ce jeu a récolté des critiques positives, il a été un désastre commercial à l’époque de sa sortie. Il est depuis devenu une sorte de jeu culte, et il mérite clairement le détour.

Jade Empire

Le titre d’action-RPG de BioWare était unique du fait qu’il n’y avait pas de chevaliers, de dragons ou de vaisseaux spatiaux. Au lieu de ça, il se concentrait sur la création d’un monde basé sur l’Extrême-Orient. Le personnage qu’on incarnait maîtrisait une large palette de techniques d’arts martiaux. Contrairement à tellement de RPGs, les combats de Jade Empire ne sont pas au tour par tour, ce qui signifie qu’il y a des éléments de skill et de timing à prendre en compte. Couvert d’éloges lors de sa sortie, Jade Empire n’a jamais eu de suite. Ça rend le jeu encore plus spécial, et c’est une assez bonne raison pour l’essayer si ce n’est pas déjà fait.

Panzer Dragoon Orta

Après avoir arrêté les consoles de salon avec la Dreamcast, Sega a misé gros sur la Xbox, en sortant plusieurs exclusivités sur la machine de Microsoft. Panzer Dragoon Orta est peut-être l’une des plus connues. Elle remet au goût du jour la série très réputée de la Sega Saturn avec un rail shooter qui a de quoi impressionner même pour les standards graphiques d’aujourd’hui. Même si c’est dommage que Sega n’ait pas choisi de suivre le même format RPG que dans Panzer Dragoon Saga (peut-être l’opus le plus apprécié de toute la franchise), c’est quand même un jeu incroyable.

Jet Set Radio Future

Le premier Jet Set Radio était l’un des titres les plus appréciés de la Sega Dreamcast. Donc quand il a été annoncé qu’une suite allait arriver sur Xbox, on comprend que les fans soient devenus fous. Jet Set Radio Future était plus étendu que son prédécesseur. Les niveaux étaient maintenant interconnectés et non plus des entités séparées. Et la limite de temps énervante était supprimée. Mais le gameplay basé sur les tricks restait présent et la musique du jeu était géniale. D’ailleurs, elle est toujours aussi dansante, même pour les standards d’aujourd’hui. Ce jeu n’est pas cher sur le marché de l’occasion, et il tourne aussi parfaitement sur la Xbox 360, donc c’est un achat essentiel de la Xbox.

Fable

Sans doute la franchise la plus célèbre de Lionhead, Fable était vendu par Microsoft comme une killer-app. Le jeu offrait un niveau de liberté et d’immersion que seule la puissance de la Xbox pouvait permettre. Le principe était simple : vos actions, bonnes comme mauvaises, se reflétaient non seulement dans le monde de jeu d’Albion, mais aussi dans l’apparence extérieure de votre personnage. Si vous étiez constamment gentil, alors vous preniez une apparence héroïque. Mais si vous décidiez d’être un peu méchant, alors vous deveniez quelque chose de moins séduisant, avec des cornes de diable et tout le reste. Même si Fable 2 a sans doute fait passer le cœur de ce concept dans une autre dimension, le premier opus reste une réussite révolutionnaire qui a étonnamment bien vieilli, malgré le poids des années.

Ninja Gaiden Black

Le reboot de la célèbre série NES de Tecmo s’est trouvé un foyer assez inhabituel sur la Xbox, qui avait du mal à prendre ses marques au Japon. Mais le design plutôt occidental du jeu l’a aidé à être un succès commercial en Amérique du Nord, où il a été salué pour ses incroyables graphismes, ses combats grisants et ses effets sanglants. Un après la sortie du jeu, une version améliorée nommée Ninja Gaiden Black est arrivée. Elle est considérée par les fans comme la version ultime. C’est clairement celle qu’il faut chercher, et pas le portage Ninja Gaiden Sigma sorti sur PS3 en 2007. Cette dernière a été jugée imparfaite par Tomonobu Itagaki, qui n’est pas intervenu du tout dans son développement.

Phantom Dust

Faisant partie d’une campagne de Microsoft pour séduire les joueurs japonais sceptiques, Phantom Dust était un jeu de stratégie au tour par tour imaginé par Yukio Futatsugi, créateur de la série Panzer Dragoon. Avec ses éléments de FPS et de jeux de cartes à collectionner, le titre a été encensé à sa sortie, mais il n’a pas réussi à bien se vendre. Il est depuis devenu un titre culte du catalogue de la Xbox. À tel point que Microsoft a chargé Darkside Game Studios d’en faire un remake pour la Xbox One en 2014. Malheureusement, le développement a été arrêté avant qu’il soit terminé. Mais le jeu d’origine sorti sur Xbox est désormais disponible en téléchargement sur la console actuelle de Microsoft et sur PC.

Shenmue II

La deuxième partie de l’aventure épique de Yu Suzuki a été lancée sur Sega Dreamcast en 2001. Mais elle n’avait aucune chance d’amortir son coût de 47 millions de dollars (somme requise pour développer les deux Shenmue selon Suzuki) seulement sur cette console. En 2002, Microsoft a acquis les droits exclusifs pour porter le jeu sur la Xbox, en prenant le temps d’ajouter plusieurs améliorations comme un meilleur frame rate, des voix en anglais, une nouvelle caméra et un DVD contenant Shenmue: The Movie, qui était sorti auparavant dans les cinémas japonais. Même si Shenmue II ne tenait pas la comparaison par rapport à d’autres titres Xbox de l’époque en termes de graphismes, c’est quand même une aventure incroyable. Et c’est le moment idéal pour jouer à ce deuxième opus, puisque le troisième devrait sortir l’année prochaine.

Steel Battalion

Steel Battalion est l’un des titres les plus innovants de la première Xbox. Ce n’est pas grâce à son thème, qui parle de robots géants et n’est pas incroyablement révolutionnaire, mais du fait qu’il était livré avec une énorme manette en trois parties avec deux joysticks, un levier de vitesse et un pédalier. Il y avait environ 40 boutons, qui servaient tous à contrôler des fonctions du mécha dans le jeu. Pour démarrer le robot ou activer les essuie-glaces et y voir clair, il fallait appuyer sur le bouton adéquat. Et si on n’appuyait pas sur la touche d’éjection à temps quand l’armure du robot était morte, le pilote mourrait dans l’explosion qui suivait, et la sauvegarde était effacée. Tranquille.