Finn Iles dans les airs
© Bartek Woliński
Bike

Descente, enduro : quelles différences ?

La descente et l’enduro sont très proches, mais il s'agit pourtant de deux disciplines distinctes du VTT. Et on vous explique pourquoi ici.
Écrit par Alan Milway
Publié le
Le VTT englobe de nombreuses disciplines, allant du slopestyle, sur lequel les riders sont notés par des juges, au Red Bull Rampage, sommet du VTT freeride extrême, en passant par le cross-country ou la DH, là où les athlètes sont départagés par le chronomètre. Si la descente a d’ailleurs toujours été la discipline caractéristique du dénivelé négatif, une sorte de pinacle du VTT, l’émergence de l’enduro nous permet d’assister à des courses de niveau mondial sur lesquelles les riders s’affrontent aux guidons de machines que nous-même pilotons lors de nos sorties.
L’enduro est une sorte d’épreuve semblable à un rallye, pendant laquelle les riders couvrent de grandes distances, dont certaines sections (appelées "spéciales") sont chronométrées. Et vous devez respecter des horaires précis pour être au départ de chacune d'entre elles. De même, un temps imparti est octroyé aux pilotes pour parcourir les liaisons entre ces spéciales, qui sont composées d’une grande majorité de dénivelé négatif, alors que les liaisons vous emmènent au sommet. La distances et la dureté des spéciales chronométrées peut varier énormément sur une même épreuve. L’enduro étant une discipline globale où les riders doivent faire preuve d’aptitudes et de compétences multiples.

En quoi l’enduro et la DH sont-elles des disciplines similaires ?

Les spéciales chronométrées que l’on retrouve en enduro ont souvent l’apparence de pistes de Coupe du Monde de DH, en particulier des anciens tracés typés "pistes naturelles" (contrairement aux descentes actuelles de Coupe du Monde, plutôt typées "Bike Park"). Résultat : les spéciales enduro restent très techniques en utilisant le terrain offert naturellement par les montagnes.
La piste de la Coupe du Monde UCI de VTT descente 2018 de Leogang a subi quelques modifications.
Le mur de bois à Leogang
Dans les deux disciplines, les concurrents sont séparés par le chronomètre. Les marges sont la plupart du temps très serrées. Même après des temps de course qui dépassent 60 minutes, les riders sont souvent séparés par quelques secondes. En 2017, Sam Hill a ainsi battu Martin Maes sur l’épreuve américaine des Enduro World Series par 3’84’’ secondes seulement. Le tout après 46 minutes de course !
Le pilote d'Enduro VTT irlandais Greg Callaghan roule sur la piste des Enduro World Series.
Greg Callaghan en course
Enfin, la nature des courses de DH et d’enduro est très similaire. Une pression élevée, un pilotage sans erreur requis en permanence de la part des pilotes et une recherche constante de la limite sans jamais la dépasser. Un équilibre précaire qu’il faut savoir gérer sur une descente complète (ou plusieurs pour l’enduro). Les meilleurs y parviennent en faisant preuve d’un contrôle, d’un calme et d’une maîtrise qui inspirent bien souvent les amateurs que nous sommes.

Quelles sont les principales différences entre un vélo de descente et d’enduro?

1. Les vélos
Loïc Bruni – Specialized S-Works Demo
Loïc Bruni – Specialized S-Works Demo
Si un vélo de DH est souvent considéré comme l’équivalent d’une Formule 1 pour l’automobile (considérablement modifié par rapport au vélo que vous pourriez trouver dans le commerce), un enduro est lui plutôt similaire à celui commercialisé auprès du grand public. Contrairement à un DH, un enduro est capable de grimper et de descendre et de s’adapter à tous les types de terrains. En DH, les mécaniciens des équipes de Coupe du Monde peuvent changer les pièces du vélo à chaque épreuve. Certains n’hésitant d’ailleurs pas à monter des pneus neufs plusieurs fois par jour.
Différences entre DH et enduro : L'enduriste irlandais Greg Callaghan et son vélo VTT d'enduro.
Greg Callaghan avec son vélo d'enduro
En enduro, le vélo doit durer l’intégralité d’une épreuve avec les mêmes roues, les même suspensions et le même cadre. Autant dire qu’une robustesse à toute épreuve est nécessaire pour cette discipline.
2. Le format de course
Sur une descente de DH, les riders recherchent la perfection des trajectoires. Après avoir roulé la piste à maintes reprises lors des entraînements, le défi consiste à réaliser un run parfait sur une piste que les pilotes connaissent sur le bout des doigts.
Le Devinci Global Racing Team découvre la piste de VTT descente de la Coupe du Monde de Leogang.
Petite marche matinale
Pour les concurrents des courses enduro, une simple reconnaissance de la piste est autorisée un jour avant l’épreuve. Les pilotes peuvent parcourir le tracé des spéciales (une épreuve peut en compter jusqu’à six en un week-end de course) et doivent ensuite enregistrer un maximum d’informations sur ce passage unique avant d’emprunter à nouveau les spéciales en course. En compétition, il faut donc savoir trouver le juste milieu entre les lignes les plus risquées, susceptibles de vous faire gagner un temps précieux, et les lignes moins dangereuses qui vous assureront d’arriver en bas en un seul morceau sans casse. Car le premier objectif est évidemment de terminer toutes les spéciales sans incident mécanique.
3. La durée
Une descente de DH dure généralement entre trois et cinq minutes. Une course d'enduro s’étalera sur deux jours pendant lesquels vous resterez une bonne partie de la journée les fesses sur la selle. Les spéciales enduro durent d’ailleurs pour certaines jusqu’à dix minutes. On vous laisse imaginer l’état des riders à la fin d’une épreuve qui avoisine l’heure de course pendant laquelle la concentration et l’effort sont au maximum. Il faut donc savoir récupérer efficacement entre chaque spéciale et gérer son effort. Qu’il s’agisse d’ailleurs des transitions entre spéciales ou entre plusieurs épreuves sur tout un été.
Des pilotes de VTT enduro sur leur vélo sur le trail Superkappa à La Thuile en France.
Sur le trail Superkappa à La Thuile
C’est grâce à son format de course plus accessible et ses caractéristiques plus proches de l’aventure que l’enduro a réellement décollé ces dernières années. En France, les épreuves sont pléthoriques aujourd’hui, qu’il s’agisse de formats courts sur 2 ou 3 spéciales ou d'épreuves plus prestigieuses étalées sur deux jours.