Sergio Perez, du Mexique, devance Lewis Hamilton, lors du Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn, au Circuit international de Bahreïn, le 20 mars 2022.
© Red Bull Content Pool
F1

Ces règles (étranges) de F1 que vous ne connaissez peut-être pas

Poids des trophées, diffusion des hymnes, nombre maximum de voitures : on fait le tour des règles les plus insolites qui régissent le monde de la Formule 1.
Écrit par Red Bull France
Temps de lecture estimé : 5 minutesPublié le
Avec ses trois montres aux poignets, des bagues à chaque doigt, une boucle d’oreille, un piercing au nez et une cascade de colliers, Lewis Hamilton est loin d’être passé inaperçu dans les paddocks du Grand Prix de Miami.
Si le pilote britannique est reconnu pour son style, il affichait un look volontairement plus « provocateur » pour exprimer son désaccord quant à la décision de la FIA d'imposer une mesure qui interdit aux pilotes de porter des bijoux à bord des voitures. « Ça fait 16 ans que je pratique ce sport et que je porte des bijoux », s’était-il notamment exprimer pour dire son mécontentement.
Mais si nous ne sommes évidemment pas là pour donner notre avis sur l’absurdité ou non de cette règle, sachez qu’il existe bien d’autres règles un peu folles que vous ne soupçonniez pas et qui régissent pourtant le monde très réglementé de la Formule 1. En voici quelques-unes.

Un nombre minimum (et maximum) de voitures au départ

Si l’on est habitué à voir 20 monoplaces sur la piste pendant les week-ends de course, il pourrait pourtant y en avoir plus. Une règle affirme en effet que le nombre maximum de voiture au championnat est limité à 26, soit 13 équipes. Au Grand Prix de Monaco de 1995, ils étaient d’ailleurs 26 à prendre le départ de cette course, remportée par un jeune Michael Schumacher.
F1 : La célèbre grille de départ à 6 voitures du Grand Prix des États-Unis 2005 à Indianapolis
La célèbre grille d'Indianapolis en 2005
À l’inverse, la FIA peut décider d’annuler un Grand Prix s’il n’y a pas assez de voitures au départ. Au minimum 12, très exactement. Une décision qui a sans doute été influencée par le Grand Prix des États-Unis 2005 où seules six voitures se sont alignées sur la grille. Oui, vous avez bien lu. En cause, un problème d’insécurité sur les pneus Michelin, alors que le règlement interdisait aux écuries de les changer pendant les courses.
Au passage, sachez qu’en dehors de la piste, le calendrier de la F1 connaît aussi ses limites. Le nombre minimum d'épreuves pour le championnat du monde étant fixé à 8 et le maximum à 23.

Des monoplaces similaires

Si le règlement n’impose pas aux deux livrées d’une même écurie d’avoir les mêmes réglages techniques, un article oblige les teams de présenter deux livrées au design identique ou presque à chaque Grand Prix. Elles ne peuvent donc plus faire ce qu’à fait British American Racing en 1999, en révélant deux voitures complètement différentes - une bleue et jaune et une rouge et blanc - pour le lancement de pré-saison.
Pour rester dans le thème des monoplaces, vous apprendrez peut-être qu’elle doivent avoir un poids minimum de 798 kilos, pilote compris mais sans carburant, avant chaque course ? Autant dire que l’objectif premier des écuries et de s’en rapprocher au maximum. Ce qu’a d’ailleurs réussi à faire Red Bull Racing à Barcelone, au Grand Prix d’Espagne. À titre de comparaison, sachez qu’une Fiat 500 pèse entre 980 et 1320 kilos. Si les monoplaces semblent donc être des poids plumes, elles pèsent tout de même près de 200 kilos de plus qu'au début des années 2000.
Les monoplaces Formule 1 de l'écurie Red Bull Racing côte à côte.
Soeurs jumelles
Vous vous en doutez, les pilotes sont également dans le viseur du règlement sportif. La carrière d'un pilote en Formule 1 sera par exemple considérée comme terminée s'il ne participe pas à une seule épreuve pendant deux championnats entiers consécutifs.

Interviews obligatoires pour les pilotes

Les 20 pilotes de la grille ont également l'obligation de se tenir à disposition de la presse après chaque course. Chacune de leur prise de parole est d'ailleurs enregistrée par un membre de la team afin que leurs propos ne puissent pas être déformés.
Les pilotes AlphaTauri, Pierre Gasly et Yuki Tsunoda, en séance d'interview, aux Pays-Bas, en 2021.
Interviews
Saviez-vous que lorsqu'un pilote remporte un Grand Prix, il ne repart pas systématiquement avec son trophée ? Du moins, pas le vrai. La plupart d'entre eux signent généralement un contrat contenant une clause stipulant que leur équipe peut conserver le vrai trophée. De nombreuses équipes les exposent dans leur quartier général.
Trophées qui, soit dit en passant, répondent également à un certain nombre de critères bien normés. Ils ne doivent pas peser plus de 5 kilos, doivent comporter systématiquement le logo de la F1, le nom et lieu officiel du Grand Prix.

Une cérémonie des podiums ultra règlementée

Lors de leur remise, les hymnes doivent être diffusés par le biais d'un "système de sonorisation approprié". Autrement dit, vous n'entendrez jamais "La Marseillaise" diffusée sur une enceinte portable après un Grand Prix. Trois personnes seulement peuvent être présentes sur le podium pour remettre les trophées aux pilotes. Podium qu'ils atteignent en marchant sur un tapis vert ou bleu foncé.
Max Verstappen, Sergio Perez et George Russell célèbrent sur le podium lors du Grand Prix F1 d'Espagne, le 22 mai 2022 à Barcelone.
Verstappen, vainqueur en Espagne
Une fois la cérémonie des trophées terminée, les pilotes se rendent dans une salle adjacente à celle des podiums où aucune autre boisson que de l'eau - sans marque - n'est acceptée. Cette salle doit être convenablement ventilée ou climatisée si la température est supérieure à 25°C. Pas 24, ni 26, 25°C.
Vous savez probablement que lorsque les pilotes remportent le titre de champion du monde, il peuvent choisir de prendre le numéro 1. Un numéro qu'ils doivent louer qu'il ne peuvent garder qu'une seule saison ! Bon, on l'admet, celle-ci n'est pas vraie. Notre cher Max a amplement mérité ce numéro qu'il pourra conserver s'il obtient son deuxième titre de champion du monde cette saison.
Vous en voulez plus ? On vous invite donc à checker le règlement de la FIA. Mis à jour en permanence, on est près à parier qu'il regorgera de nouvelles règles tout aussi absurdes dès l'année prochaine.
Télécharge ici et gratuitement l’application Red Bull TV pour profiter de nos vidéos, directs et événements de musique et de sports extrêmes sur tous tes écrans !