Quels bienfaits pour quel type de nage ?
© Gines Diaz/Red Bull Content Pool
Natation

Quel type de nage pour quels bienfaits ?

Brasse, crawl, dos et papillon : un maître nageur nous explique quelles sont les principales vertus de ces différents types de nage.
Écrit par Red Bull France
Publié le
C'est un fait, la natation possède de multiples vertus, que ce soit sur le plan cardiaque, psychologique et, bien évidemment, musculaire. "Par rapport aux autres sports, la natation n’est pas traumatisante pour le corps puisque quand vous nagez, il n’y a pas de chocs, c’est un sport porté", explique Xavier Idoux, entraîneur national de natation spécialiste en haut libre. Mais quels sont exactement les bienfaits apportés par chaque type de nage ? Il nous l'explique.

Brasse

Si c’est la brasse est l’une des façons de nager les plus courantes, "c’est celle qui ressemble le moins à de la natation", explique Xavier Idoux. Pire, elle peut même être source de problèmes. "En brasse, on avance essentiellement grâce à la force de ses jambes. On va donc contraindre la colonne vertébrale, puisqu’elle va amener la force vers l’avant du corps pour nous faire avancer. C’est aussi une nage qui nous fait faire un mouvement qui n’est pas naturel avec les genoux. Quand on nage en brasse, les genoux vont faire une rotation alors que le genoux n’est pas fait pour ça puisque ça va tirer sur les ligaments. En plus de ça, la brasse nous fait respirer par l’avant, donc on va déséquilibrer tout le corps en levant la tête. On va donc en plus contraindre le dos et la nuque qui seront constamment contractés." Vous l’aurez compris, la brasse est à pratiquer avec modération et à éviter absolument quand on a des problèmes de dos.
Le champion de triathlon ironman David Pleše nage la brasse pendant une séance d'entraînement, à Bohinj, en Slovénie, le 30 juillet 2019.
La brasse est la nage qui a le moins de bienfaits

Crawl

À l'inverse, le crawl est sans aucun doute le type de nage qui possède le plus de bienfaits. "Le crawl va muscler essentiellement le haut du corps et les pectoraux", explique Xavier Idoux. "Cette nage permet de dissocier le haut du corps, qui est entièrement mobilisé, et le bas du corps. Elle est intéressante car elle nous permet de coordonner toutes les parties de notre corps et notre souffle, donc elle fait appel aux transmissions neurologiques, ce qui peut être très intéressant quand on est jeune. Quand on nage en crawl, il faut aussi apprendre à gérer sa respiration puisque quand on est sous l’eau, il faut faire un effort pour expirer, puis pour inspirer pour reprendre de l'air. Ça permet donc de faire travailler les muscles respiratoires, ce qui peut être intéressant si on a des problèmes à ce niveau-là." Pour tous ces bienfaits musculaires et respiratoires, c’est la nage la plus complète.

Dos

C’est généralement la première nage qu’on apprend puisque c’est la plus simple. "Quelqu’un qu'on met sur le dos dans l’eau flotte naturellement grâce à la poussée d’Archimède, et il suffit ensuite de faire quelques battements de jambes et de bras pour pouvoir avancer. En plus de ça, on n’a aucun problème pour respirer puisque la tête reste constamment à l’extérieur de l’eau." Côté vertus, la nage sur le dos est préconisée pour les problèmes cervicaux. "Sur le dos, on n’est pas obligé de tourner la tête pour respirer. On reste à plat, sur le dos, donc ça étire toute la colonne vertébrale sans bouger la tête contrairement au crawl, par exemple, là où on sera obligé de tourner la tête pour reprendre sa respiration." Attention, la nage sur le dos est en principe déconseillé aux personnes souffrant de problèmes de dos. Elle aura même tendance à accentuer le problème. "La propulsion sera faite au niveau des jambes et la colonne vertébrale sera donc contractée pour pouvoir encaisser la force des jambes et avancer", précise-t-il.
Le nageur Mario Mola prend une pause Red Bull pendant une séance d'entraînement de natation à Fuerteventura, en Espagne, le 17 février 2020.
Ne pas oublier de reprendre des forces

Papillon

"Le papillon est une nage à part. Elle paraît difficile mais ne l’est pas tant que ça. Elle est donc rarement nagée et quand elle l’est, c’est souvent mal fait donc, comme pour la brasse, elle peut être traumatisante, notamment pour le dos. En principe, on nage le papillon que pour une pratique une sportive et ce n’est pas forcément recommandé pour de la rééducation ou pour ses bienfaits, même si elle fait autant de bien que les autres. Elle est quand même réservée à des gens qui la maîtrisent puisque si on ne la maîtrise pas, elle est assez énergivore. Ses bienfaits sont assez semblables aux bienfaits apportés par le crawl, que ce soit au niveau de la musculation du haut du corps et de la coordination, mais elle muscle les fessiers et les muscles ischio-jambiers, ce que fait moins le crawl."
Télécharge ici et gratuitement l’application Red Bull TV pour profiter de nos vidéos, directs et événements de musique et de sports extrêmes sur tous tes écrans !